Comprendre l’incontinence urinaire

Comprendre l’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire se caractérise par la fuite d’urines non contrôlées. On parle aussi de fuites urilnaires. Il s’agit d’un problème fréquent qui intéresse aussi bien les hommes que les femmes. La prévalence de cette affection augmente avec l’âge d’où l’intérêt de la reconnaître et la traiter dès l’apparition des premiers symptômes. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’incontinence urinaire.

 

Incontinence fuites urinaires fuites-urinary.com

 

Incontinence urinaire : qu’est-ce que c’est ?

L’incontinence urinaire consiste en une perte involontaire des urines par l’urètre. Elle touche principalement les personnes âgées, mais parfois, elle concerne aussi les plus jeunes. En effet, la majorité des personnes qui consultent pour ce genre de motif sont âgées de 65 ans et plus selon une statistique :

  • environ 10 % des hommes de 65 ans,

  • environ 30 % des hommes de plus de 90 ans,

  • environ 30 % des femmes de plus de 70 ans.

Les différents types d’incontinences urinaires et leurs symptômes

Selon le mécanisme de sa survenue, il existe différents types d’incontinences urinaires :

L’incontinence urinaire d’effort

Cette forme d’incontinence est caractérisée par une fuite involontaire des urines qui survient à l’occasion d’un effort, même minime : toux, rire, saut, course, soulèvement de charges, etc. Elle n’est pas précédée d’un besoin d’uriner.

L’incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie

Celle-ci consiste en une fuite involontaire des urines précédée d’un besoin impérieux d’uriner. Elle peut survenir même en dehors de tout effort : au repos, pendant le sommeil...

L’incontinence mixte

Cette forme d’incontinence associe le plus souvent les deux types de symptômes : ceux de l’incontinence à l’effort et de l’incontinence par hyperactivité de la vessie. Elle représente la majorité des formes d’incontinence urinaire chez les femmes.

L’incontinence urinaire par regorgement (ou par trop-plein)

Celle-ci découle d’un trop-plein d’urine dans la vessie qui laisse s’échapper de l’urine de manière incontrôlée. Ce phénomène peut être dû à une faiblesse du muscle de la vessie, à des problèmes de diabètes, à une maladie neurologique ou encore à des troubles de la prostate chez les hommes.

L’incontinence fonctionnelle

Ce type d’incontinence concerne généralement les personnes souffrant de problèmes de mobilité (suite aux effets de l’âge, à un accident vasculaire cérébral, etc.). Toutefois, les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent aussi en être touchées. En effet, tous ces problèmes les empêchent de se rendre à temps aux toilettes.

L’incontinence totale

Ce type d’incontinence se caractérise par un écoulement continu d’urine, de jour comme de nuit. Les personnes touchées par ce genre d’incontinence n’arrivent plus à contrôler leur vessie. Cela peut être dû à des lésions physiques à la suite d’un accident ou d’une chirurgie de la prostate, à une maladie qui intéresse la moelle épinière, à une destruction totale ou partielle du sphincter, etc.

Les causes de l’incontinence urinaire

De nombreuses raisons peuvent être à l’origine des fuites urinaires. Généralement, elles surviennent à la suite d’une grossesse multiple, d’un accouchement difficile, mais aussi en cas de prolapsus génital chez les femmes.

En revanche, chez les hommes, cela peut être dû à la suite d’une intervention chirurgicale de l’abdomen, de la prostate ou du petit bassin. L’augmentation du volume de la prostate peut aussi en être la cause.

Par ailleurs, les problèmes d’incontinence sont souvent observés lors d’une cystite aiguë ou d’une pyélonéphrite aiguë, d’un cancer de la vessie, de cystite radique ou encore d’un rétrécissement de l’urètre.

Toutefois, l’incontinence peut être favorisée par de nombreux facteurs à savoir

  • la grossesse (entre le 1er et le 3e trimestre),

  • la ménopause (à cause de la chute des hormones œstro-progestatifs),

  • la constipation chronique,

  • le surpoids et l’obésité,

  • le vieillissement,

  • la toux chronique,

  • la consommation excessive d’alcool, de caféine ou de tabac,

  • la prise de diurétiques ou de sédatifs,

  • les activités physiques intensives,

  • la pratique des activités sportives provoquant des pressions répétées sur le périnée (marathon, haltérophilie…).

Les moyens de prévention et de traitement

Afin de prévenir les problèmes d’incontinence urinaire, il est important de faire le point sur les facteurs de risque comme le surpoids, la toux chronique, la constipation chronique, etc. Vous devez également identifier si vous présentez déjà les symptômes d’une incontinence urinaire. Pensez également à consulter un médecin si vous ressentez souvent des envies soudaines et impérieuses d’uriner. Il en est de même si vous appréciez de faibles quantités d’urine s’échapper de votre vessie quand elle est pleine.

Dans cette optique, il est recommandé de faire un bilan urodynamique. Seul ce bilan permettra de définir le traitement adéquat de votre incontinence urinaire.

L’incontinence urinaire d’effort peut par exemple être traitée de différentes manières : des exercices qui permettent de muscler le périnée, un traitement chirurgical comme la pose d’un sphincter artificiel, etc. Ces dernières années, un nouveau traitement efficace a aussi été développé afin de traiter cette forme d’incontinence chez les femmes à l’instar de la mise en place d’une bandelette de tissu synthétique par voie vaginale.

Afin de réduire la sensibilité et l’hyperactivité de la vessie, il est aussi possible de prendre des médicaments anticholinergiques à base d’oxybutynine.