Incontinence et fuites urinaires chez les personnes âgées

Des hommes et des femmes de tout âge sont atteints de l’incontinence urinaire. Cependant, la vieillesse est l’un des principaux facteurs de ce trouble des voies urinaires. En effet, la proportion de personnes incontinentes parmi les personnes âgées est très élevée. On compte 30 % des personnes de 75 ans qui souffrent de fuites urinaires. Il s’agit d’une dégradation naturelle associée au vieillissement. Si une personne est menacée d’incontinence urinaire, un suivi médical avec un traitement adapté est recommandé, car ce dysfonctionnement physique est susceptible de se détériorer avec l’âge. Il n'existe pas de remèdes de grand-mère réellement efficaces.  Découvrez alors tout ce qu’il faut savoir sur l’incontinence urinaire des personnes âgées.

 

Incontinence et fuites urinaires personnes agées fuite-urinary

 

Les différents types d’incontinence chez les personnes âgées

Les origines et les formes de l’incontinence urinaire chez les personnes âgées sont diverses. Ainsi, on distingue quatre principaux types :

L’incontinence urinaire d’effort

Bien qu’elle touche également les personnes de tout âge, elle est retrouvée le plus souvent chez les personnes âgées. Cette catégorie d’incontinence survient lors d’efforts physiques soudains comme le rire, les éternuements ou la toux. L’envie d’uriner n’est pas ressentie, mais une pression abdominale au niveau du plancher pelvien provoque les fuites d’urine involontaires.

L’incontinence urinaire dite « d’urgence » ou par impériosité

Elle apparaît par des envies pressantes de miction. Même si la vessie n’est pas complètement remplie, les personnes souffrantes de ce type d’incontinence urinaire sont confrontées à une envie incontrôlable et urgente d’uriner. De plus, cette envie d’uriner est très difficile à contenir. Il existe généralement un lien entre cette incontinence et un handicap moteur.

L’incontinence par regorgement

Dans ce cadre, la fuite urinaire apparaît sous forme de gouttes qui sont provoquées par l’affaiblissement du muscle vésical. Cette défaillance s’explique par le remplissage excessif de la vessie en raison d’un défaut du sphincter. La vessie étant flasque, l’urine déborde et la miction n’est plus sous contrôle. Dans cette optique, l’incontinence urinaire par regorgement est principalement liée à l’expansion de la vessie.

L’incontinence urinaire mixte

Lorsque l’incontinence urinaire par impériosité et celle d’effort se présentent chez le même patient, on parle d’incontinence urinaire mixte. Cette incontinence urinaire est souvent causée par des affections apparentées telles que la démence. Elle est caractérisée par la combinaison des symptômes des deux cas.

Les causes de l’incontinence chez les séniors

Les origines de la fuite chez les personnes âgées

La modification de la forme et des fonctions de la vessie et du sphincter en raison du vieillissement constituent les principales causes d’incontinence chez les personnes âgées. De plus, lorsqu’une personne vieillit, l’abondance de la sécrétion d’urine change également. C’est aussi le cas pour les capacités locomotrices. Tous ces facteurs réunis favorisent le développement de l’incontinence chez les personnes âgées.

Cependant, l’incontinence urinaire de la vieillesse provient d’origines physiques telles que le relâchement du sphincter. Il peut aussi s’agir des origines indirectes comme la dyskinésie, le trouble de la coordination motrice, les environnements inconnus ou mal adaptés, la polyurie (sécrétion anormalement importante d’urine), les troubles métaboliques ainsi que le fait d’être dépendant et alité à la suite d’une maladie.

Les tissus en cause

L’augmentation de l’âge a des répercussions sur l’organisme et entraîne certains déséquilibres. C’est le cas d’une dénervation partielle de la vessie, une hausse de la sensibilité des récepteurs dits cholinergiques (qui sont dans la paroi vésicale) ou même le déclin de la masse musculaire.

La modification de la sensibilité des récepteurs présents dans la vessie favorise le dysfonctionnement de cette dernière chez les personnes âgées. Aussi, l’innervation et la réduction de la masse musculaire mènent à une contraction insuffisante des muscles de la vessie pendant la miction. D’où la survenue de l’incontinence urinaire. En outre, le vieillissement réduit aussi la « sensation de besoin » des personnes âgées, ce qui est lié à l’altération des fonctions supérieures telles que la prise de décision et la perception. Dans ce cas, le patient ne se rendra compte de ses envies qu’à un moment tardif.

Enfin, il faut savoir qu’à mesure que nous vieillissons, la pression de fermeture de l’urètre diminue. Cette perte de pression est surtout due à la baisse de l’hormone œstrogène chez la femme après la ménopause. Il s’agit également d’un facteur qui favorise l’incontinence urinaire chez les séniors.

Modification de la diurèse

Chez les jeunes, l’urine est excrétée deux fois plus le jour que la nuit. Tandis que chez les personnes âgées, le rapport s’inverse. En effet, l’âge influe également sur l’élimination de l’urine. Vous pouvez utiliser le programme ou calendrier de miction pour suivre la quantité d’urine excrétée dans les 24 heures.

Modification cognitive

Une relation étroite entre la fonction mentale (mémoire, raisonnement, langage, etc.) et l’incontinence est montrée par de multiples études. De même, un trouble de la fonction de réflexion ou cognitif peut provoquer une incontinence urinaire en réduisant l’envie d’uriner chez les personnes qui ont pris de l’âge.

Prise en charge de l’incontinence urinaire chez les personnes âgées

Comme il existe des causes différentes à la fuite urinaire, il convient d’intensifier la source du trouble afin de le prendre en charge convenablement. Une consultation chez un spécialiste (urologue) s’avère donc utile pour traiter l’incontinence urinaire chez les séniors.

Actuellement, de nombreux traitements médicamenteux et chirurgicaux sont disponibles ainsi que des traitements spéciaux pour les personnes âgées. Vous pouvez également consulter un physiothérapeute pour une rééducation périnéale et comportementale. Pendant, l’éducation périnéale, les personnes incontinentes apprendront à travailler le périnée de manière appropriée.

Afin de diminuer le risque d’incontinence urinaire, les patients devront prendre des préventions comme aller aux toilettes avant que l’envie devienne pressante. Il existe aussi des mesures de protection permettant d’absorber l’urine. Ces outils sont spécifiquement destinés aux adultes afin de mieux vivre au quotidien avec cette maladie.

Impact de la fuite urinaire

L’incontinence fictionnelle n’est pas uniquement un problème physique. Elle affecte aussi les relations avec autrui, la qualité de vie et la vie privée des personnes concernées. Quelques études ont déterminé que cette affection peut conduire à la dépression ainsi qu’à l’isolement social chez les séniors.

L’inconfort est aussi fonctionnel puisque l’envie très fréquente d’uriner causée par l’incontinence oblige les souffrants à se lever plusieurs fois la nuit pour aller aux toilettes. Dans le cas où la victime est en dépendance, elle peut éventuellement ressentir de la gêne et de la culpabilité vis-à-vis des personnes qui s’occupent d’elle.

Toutefois, même si cette affection est en général mal perçue par la société, il est important d’en discuter avec ses proches pour obtenir leur soutien et leur aide.