L’incontinence urinaire chez la femme

L’incontinence urinaire chez la femme

L’incontinence est une affection qui touche actuellement de nombreuses personnes et notamment les femmes. Cependant, il convient de noter qu’il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un symptôme associé à un inconfort physique. Ce dernier se manifeste avec une fuite d’urine incontrôlable. Cela peut conduire à des gênes, car elle se produit de jour comme de nuit. Découvrez les principaux points sur l’incontinence urinaire chez la femme.

 

Incontenence Urinaire et grossesse chez la femme

 

Les femmes sont plus victimes de l’incontinence urinaire : pourquoi ?

Explication physiologique

L’incontinence urinaire est caractérisée par un écoulement involontairement d’urine ce qui provoque des soucis au niveau hygiénique et social. Ce trouble concerne différemment les genres. Il touche les femmes plus que les hommes. Cette forte prévalence pour la gent féminine est expliquée par des phénomènes physiologiques. On peut par exemple citer la maternité, la ménopause, les particularités du périnée, le relâchement des muscles et des tissus, etc.

Des études ont montré que 20 % des femmes de plus de 40 ans sont touchées par l’incontinence urinaire. Malgré ce chiffre et l’augmentation de la fréquence du trouble avec l’âge, il ne s’agit pas de la cause la plus fréquente de cette affection. Les femmes les plus concernées sont celles qui atteignent la ménopause (à partir de 55 ans) et celles qui sont enceintes. De plus, plusieurs accouchements vaginaux augmentent le risque d’incontinence urinaire d’effort. Les traumatismes périnéaux, l’anatomie anormale des voies urinaires et les antécédents d’hystérectomie sont également des raisons plus courantes de ce trouble. Il faut savoir que la récupération des tissus affaissés demande des séances de réadaptation si ceux-ci ne s’améliorent pas spontanément.

Secondaire à des maladies

Certains dysfonctionnements des voies urinaires sont secondaires à des maladies. En effet, certaines pathologies entrainent le relâchement du périnée ou provoquent une trop grande hypertrophie de la vessie menant à sa défaillance.

Voici quelques-unes de ces maladies :

  • des antécédents d’infections urinaires répétées 

  • une blessure de la colonne vertébrale

  • des calculs rénaux

  • un cancer de la vessie

  • une toux fréquente causée par une bronchite chronique

  • des maladies du système nerveux (maladie de Parkinson, Alzheimer, sclérose en plaques…)

  • un accident vasculaire cérébral, etc.

Cette liste est non exhaustive. Retenez que le diabète est aussi un facteur de risque d’incontinence à la ménopause. Aussi, certains médicaments peuvent stimuler l’élimination d’urine et augmenter le risque de ce trouble. C’est le cas des diurétiques.

Réduire les risques d’incontinence urinaire chez la femme

Afin d’éviter l’incontinence urinaire, il existe des solutions à appliquer au quotidien.

Adopter un mode de vie sain

Différentes recherches ont lié l’augmentation du trouble mictionnel chez les fumeuses, les femmes en surpoids ou obèses, ainsi que chez les femmes qui aiment abuser de la théine et de la caféine. Par conséquent, pour prévenir l’incontinence urinaire, il convient d’abandonner les substances toxiques pour l’organisme.

Il est également conseillé de retrouver son poids idéal afin d’éviter une pression excessive sur la vessie et les muscles environnants. Il est aussi utile de renforcer les muscles du plancher pelvien avec des exercices ou par des séances de physiothérapie.

Boire suffisamment pour éviter les infections urinaires

Même en cas de fuite, il est toujours recommandé de boire suffisamment d’eau. D’une part, cela permet d’alimenter la vessie afin qu’elle fasse toujours son travail. D’autre part, s’hydrater correctement permet d’éviter le risque de contracter une infection urinaire ce qui pourrait favoriser encore plus l’incontinence. Ainsi, vous devez boire environ 1,5 à 2 litres d’eau tous les jours.

Éviter de porter des talons hauts

Bien que les talons hauts puissent marquer la féminité, vous devez vous en méfier, car le port de ces chaussures favorise l’incontinence urinaire. En effet, le changement de la relation de force entre les muscles abdominaux et ceux du dos va survenir et entrainer un déséquilibre de la statique pelvienne. Ce phénomène affaiblira le périnée quand vous serrez moins en hauteur.

Ne pas se retenir

Ne pas se retenir lors les envies d’uriner est très important. L’entretien de votre périnée est mis en jeu. Forcer le périnée affecte gravement la vessie. La technique d’arrêt de la miction est très controversée. Si nécessaire, veuillez consulter votre médecin.

Se mettre à la gym

Vous pouvez aussi envisager la gymnastique. La résistance du périnée augmente et vous pouvez éventuellement éviter les fuites causées par un travail acharné. Toutefois, il ne faut pas accumuler les exercices. Au lieu de prévenir l’incontinence, la fatigue l’entrainera. Optez également pour les sports adaptés, c’est-à-dire ceux qui musclent raisonnablement le périnée comme la natation, le vélo, etc. Il s’agit ici des sports où la personne est portée.

Incontinence urinaire et sexualité : comment gérer ?

Aujourd’hui, de nombreuses femmes souffrent d’incontinence urinaire. Cette situation est souvent difficile à affronter notamment dans le cadre de la vie sexuelle. Malgré la peur d’en parler, il est important de savoir gérer la fuite urinaire et la sexualité.

Physiologiquement parlant, il n’y a aucune raison de suggérer que les fuites interfèrent avec le sexe. Cependant, du même point de vue, cela peut apporter beaucoup d’embarras. La femme peut se sentir sale parce qu’elle a ce problème et hésite à se laisser aller lors des rapports sexuels. Pour retrouver une vie sexuelle paisible, la confiance en soi doit être restaurée.

De plus, il est généralement recommandé aux femmes victimes des pertes urinaires d’effectuer une rééducation périnéale afin d’aider la stimulation du périnée. Renforcer le périnée insinue un reconditionnement du vagin. Ainsi, les sensations ressenties pendant les actes sexuels s’amplifient. Le plaisir de la rencontre sera également au rendez-vous. Un spécialiste suggère à la femme de se rassurer avant le rapport sexuel. Éviter de boire et passer aux toilettes pour vider la vessie s’avèrent efficace. Pour encore plus de plaisir et de réconfort, vous pouvez essayer différentes positions avec votre partenaire et trouver celles qui vous conviennent le mieux.

Si vous faites partie des femmes souffrantes de ce dysfonctionnement physique, sachez qu’aucune raison ne doit vous faire sentir moins féminine. Osez en parler à des experts afin de trouver les solutions adaptées pour reprendre confiance. Selon le type d’inconfort et d’incontinence, des traitements médicaux et chirurgicaux sont disponibles, en plus des mesures de protection. En présence des inconvénients liés à la miction, être en confiance est important pour garantir l’épanouissement de la vie conjugale.